Là-haut

 

Le décès de ma grand-mère était un soulagement, celui d'une peine rendu d'autant plus difficile par sa mémoire qui lui échappait chaque jour un peu plus. Ma mère nous refusait de lui rendre visite, pour préserver nos souvenirs de son regard qui ne nous aurait pas reconnu.

Le jour de son enterrement nous avons marché avec mes frères de la maison familiale jusqu'au vieux port du village, comme un dernier voyage dans nos souvenirs d'une époque désormais révolue. Peu de temps après la maison était vendue, il n'y avait plus de raisons de retourner là-bas.

J'ai eu peur de disparaitre moi aussi, d'oublier ou de ne plus reconnaitre, comme elle, ce lieu qui m'a vu grandir à chaque vacances.

 

Aquarelles sur tirages n&b

Argentique, 50mm

Avec Elodie Elsenberger

2013

 

Tous droits réservés ©Maxime Prangé - 2020